Une expérience en acte depuis 1974

Le chiffre de la parole est une structure de la Coopérative sociale et culturelle Immunitas qui accueille des jeunes adultes pour une période qui se définit au fur et à mesure, en fonction des questions qui se posent et des avancées qui s’effectuent dans le temps de la vie.

Elle donne à toute personne accueillie des rendez-vous permettant d’élaborer et de renforcer son propre projet et programme de formation, de travail et de santé. Elle veille, à travers la confiance qui se tisse, à ce que chacun-e gagne en dignité. 

L’accueil fait l’objet d’un contrat entre les parties intéressées. Il s’agit en l’occurrence d’accueillir les questions et impasses qui se posent afin qu’elles trouvent une articulation dans la vie.

L’écoute de ce qui est en acte dans l’itinéraire d’une personne accueillie donne des indications quant aux objectifs et aux conditions d’accueil. Pour quelles acquisitions ?

Le but est de se mettre en route pour:

        • reprendre et conclure sa scolarité ou sa formation initiale
        • explorer des ressources artistiques, scientifiques ou culturelles
        • acquérir des repères pour s’organiser dans la vie
        • effectuer un stage de découverte d’un métier ou un stage de formation pratique
        • débuter un apprentissage
        • entreprendre toute démarche pouvant contribuer à l’intégrité, au travail et à la santé
        • tirer les enseignements de sa propre expérience de la vie
Pour qui?

Le chiffre de la parole est au bénéfice d’une autorisation du Département de la santé et de l’action sociale pour accueillir toute personne à partir de 17 ans (sous certaines conditions) qui a besoin de renouer avec la vie à partir d’un habitat de petite taille, de type familial, pouvant héberger jusqu’à sept personnes.

La coopérative bénéficiant d’un réseau d’entreprises solidaires permet en même temps de structurer des programmes individuels visant à l’insertion professionnelle. A cet effet, l’équipe collabore avec les services publics et des instances privées intéressées par le type de prestations proposées. Les publics concernés sont notamment les jeunes adultes en phase de transition scolaire et/ou professionnelle et exposés à des risques de dégradation de leur santé.

Pour quoi?

L’équipe intervient afin que les conditions d’accueil soient propices à l’itinéraire de chacun et de chacune, celles-ci devant permettre de: gagner en dignité, préciser la direction de vie, valoriser ses propres ressources intellectuelles et pratiques, s’engager dans un parcours de formation et d’insertion professionnelles, jouir d’une meilleure santé, acquérir de l’expérience, intégrer des équipes de travail, instaurer un chez soi, constituer une famille, entreprendre, voyager, en un mot vivre et profiter de la vie, en vivant.

Quand?

Un accueil peut débuter à tout moment.

L’hébergement débute en fonction des places disponibles et du projet.

Les demandes sont en principe adressées à la direction par un service placeur, une famille ou une autre institution.

Où?

La coopérative est domiciliée à Lausanne.

Un habitat se trouve au Mont-sur-Lausanne, c’est une maison de type familial qui peut accueillir jusqu’à sept personnes. Un autre habitat se trouve à Lausanne, c’est un appartement dans un immeuble locatif.

Comment?

Nous misons sur l’écoute des éléments de la vie qui sont en jeu et au travail pour chacun et chacune, dans le but de relever quelles sont les ressources et d’analyser quels sont les obstacles afin d’avancer dans la vie, de gagner en santé, de préciser son projet de formation, d’explorer un art ou un métier, d’acquérir de l’indépendance.

La conversation est un moyen que nous investissons pour que la partie s’ouvre avec chacun et chacune, afin que celle-ci conduise à renouer avec la vie, à s’organiser dans le quotidien et à projeter un avenir.

« Le chiffre de la parole » a tout d’abord été le nom d’une association constituée par Claire-Lise Grandpierre en 1988 à Lausanne. Celle-ci avait pour but de poursuivre le travail débuté par le Collectif de recherche pédagogique et psychanalytique à partir de 1974 en Suisse romande, autour de l’accueil et de l’entreprenariat solidaire, avec des productions artisanales et culturelles.

En 2019, la structure « Le chiffre de la parole », dirigée par Ingrid Portner, a été intégrée à la Coopérative sociale et culturelle Immunitas, présidée par Enrica Ferri.

Une expérience en acte depuis 1974

Le chiffre de la parole est une structure de la Coopérative sociale et culturelle Immunitas qui accueille des jeunes adultes pour une période qui se définit au fur et à mesure, en fonction des questions qui se posent et des avancées qui s’effectuent dans le temps de la vie.

Elle donne à toute personne accueillie des rendez-vous permettant d’élaborer et de renforcer son propre projet et programme de formation, de travail et de santé. Elle veille, à travers la confiance qui se tisse, à ce que chacun-e gagne en dignité. 

L’accueil fait l’objet d’un contrat entre les parties intéressées. Il s’agit en l’occurrence d’accueillir les questions et impasses qui se posent afin qu’elles trouvent une articulation dans la vie.

L’écoute de ce qui est en acte dans l’itinéraire d’une personne accueillie donne des indications quant aux objectifs et aux conditions d’accueil. Pour quelles acquisitions ?

Le but est de se mettre en route pour:

    • reprendre et conclure sa scolarité ou sa formation initiale
    • explorer des ressources artistiques, scientifiques ou culturelles
    • acquérir des repères pour s’organiser dans la vie
    • effectuer un stage de découverte d’un métier ou un stage de formation pratique
    • débuter un apprentissage
    • entreprendre toute démarche pouvant contribuer à l’intégrité, au travail et à la santé
    • tirer les enseignements de sa propre expérience de la vie
Pour qui?

Le chiffre de la parole est au bénéfice d’une autorisation du Département de la santé et de l’action sociale pour accueillir toute personne à partir de 17 ans (sous certaines conditions) qui a besoin de renouer avec la vie à partir d’un habitat de petite taille, de type familial, pouvant héberger jusqu’à sept personnes.

La coopérative bénéficiant d’un réseau d’entreprises solidaires permet en même temps de structurer des programmes individuels visant à l’insertion professionnelle. A cet effet, l’équipe collabore avec les services publics et des instances privées intéressées par le type de prestations proposées. Les publics concernés sont notamment les jeunes adultes en phase de transition scolaire et/ou professionnelle et exposés à des risques de dégradation de leur santé.

Pour quoi?

L’équipe intervient afin que les conditions d’accueil soient propices à l’itinéraire de chacun et de chacune, celles-ci devant permettre de: gagner en dignité, préciser la direction de vie, valoriser ses propres ressources intellectuelles et pratiques, s’engager dans un parcours de formation et d’insertion professionnelles, jouir d’une meilleure santé, acquérir de l’expérience, intégrer des équipes de travail, instaurer un chez soi, constituer une famille, entreprendre, voyager, en un mot vivre et profiter de la vie, en vivant.

Quand?

Un accueil peut débuter à tout moment.

L’hébergement débute en fonction des places disponibles et du projet.

Les demandes sont en principe adressée à la direction par unservice placeur, une famille ou une autre institution.

Où?

La coopérative est domiciliée à Lausanne.

Un habitat se trouve au Mont-sur-Lausanne, c’est une maison de type familial qui peut accueillir jusqu’à sept personnes. Un autre habitat se trouve à Lausanne, c’est un appartement dans un immeuble locatif.

Comment?

Nous misons sur l’écoute des éléments de la vie qui sont en jeu et au travail pour chacun et chacune, dans le but de relever quelles sont les ressources et d’analyser quels sont les obstacles afin d’avancer dans la vie, de gagner en santé, de préciser son projet de formation, d’explorer un art ou un métier, d’acquérir de l’indépendance.

La conversation est un moyen que nous investissons pour que la partie s’ouvre avec chacun et chacune, afin que celle-ci conduise à renouer avec la vie, à s’organiser dans le quotidien et à projeter un avenir.

« Le chiffre de la parole » a tout d’abord été le nom d’une association constituée par Claire-Lise Grandpierre en 1988 à Lausanne. Celle-ci avait pour but de poursuivre le travail débuté par le Collectif de recherche pédagogique et psychanalytique à partir de 1974 en Suisse romande, autour de l’accueil et de l’entreprenariat solidaire, avec des productions artisanales et culturelles.

En 2019, la structure « Le chiffre de la parole », dirigée par Ingrid Portner, a été intégrée à la Coopérative sociale et culturelle Immunitas, présidée par Enrica Ferri.